To index page Previous page Next page
DSC08641 compressée
Frédéric Pajak 5/ je voudrai dessiner la Nature ! c’est laborieux de dessiner des villes, les villes, c’est rigide. La nature, c’est infini. J’ai fait beaucoup de montagne. Mon grand plaisir c’est de partir le matin dans la montagne, de marcher 4-5 heures et de dessiner 3 heures et de rentre le soir., de dessiner dans la montagne, c’est extraordinaire ! Il y a du vent, c’est compliqué. Je dessine tout le temps je fais des pauses je m’arrête dans un endroit qui me plaît. Je l’ai beaucoup fait, seul. J’ai marché dans les Pyrénées, dans le jura. Dans les Pyrénées, j’ai dessiné des chemins. En fait, c’est très difficile à dessiner un chemin. Il y a tellement de choses dans un chemin, des cailloux, il y a de la terre, de l’herbe, il y a des feuilles, un horizon, c’est d’une complexité infinie. J’ai fait 50 dessins par exemple dans les Pyrénées et je me suis aperçu que je pourrais faire ça toute ma vie. Et c’est assez beau de dessiner un chemin. Je ne dis pas que mes dessins sont beaux mais je dis que c’est beau de dessiner un chemin c’est beau parce qu’en fait, il y a une perspective qui n’est pas une perspective ordinaire, pas celle d’un paysage par ce que l’on sait ce qu’il va se passer quelque chose sur un chemin. Pour préciser cette histoire de chemin, j’ai fait un dessin, comme vous le savez peut-être mon père est mort dans un accident de voiture et j’ai mis des années à faire ce dessin. Je ne savais pas comment dessiner cet accident et je suis allé sur le lieu où mon père est mort, entre Paris et Strasbourg à Vitry le François. Mon père avait une DS. Je dessinais la voiture sur la route avec le paysage, c’était en été, c’était le 27 juillet, puis il n’y avait presque personne sur la route, puis il y avait un tracteur et un type qui a débouché du tracteur sans regarder, mais ce qui est fou c’est que quand j’ai fini ce dessin, je me suis dit, il raconte quelque chose qui va se passer, ce qui n’est pas le cas des autres dessins. Ça va se passer et c’est extraordinaire. André François a fait un dessin qui m’a toujours marqué : il y a des pompiers, il y a un incendie et puis il y a un type qui est entrain de sauter, tout petit, tout maigre et juste au-dessus de lui, il y a une femme énorme qui va l’écraser ! c’est aussi un dessin où il va se passer quelque chose. Je me suis demandé si je n’allais pas faire un recueil de dessins où il va se passer quelque chose, ce qui n’est pas courant dans le dessin !
jAlbum 9