To index page Previous page Next page
DSC08647 compressée
Frédéric Pajak 1/ Je n’ai pas de stylo ni de crayon. Je dessine avec une plume et des pinceaux. Ce sont peut-être mes meilleurs amis mais je ne suis pas leur meilleur ami. Quand je fais un dessin, je détruis une à deux plumes par dessin et un pinceau tous les 20 à 30 dessins ; les plumes que l’on fabrique aujourd’hui sont très mauvaises. On ne fabrique plus de bonnes plumes. Et même l’encre de chine, je suis obligé de la faire venir de LIEPZIG car ce qu’on appelle l’encre PELICAN que tout le monde connait est une encre fabriquée en INDE et elle ne convient pas à mes dessins. Il y a beaucoup de traits et de noir dans mes dessins et cette encre est un peu grasse donc elle manque de fluidité et si on met de l’eau, elle manque de pigments. A LEIPZIG, c’est une ancienne usine du XIXème siècle et qui fait des encres avec des pigmentations différentes. Il y a des noirs plus ou moins froids ou chauds, plus ou moins noirs. On peut avoir des noirs très noirs. Il n’y a plus qu’une fabrique qui fait une très bonne encre. Les pinceaux, je les abime volontairement. Je les ébouriffe avec une technique très particulière ! 2/ j’aime toutes les couleurs. Le problème des couleurs, c’est quelle couleur va avec quelle couleur. C’est le problème de la peinture. Ce n’est pas la couleur en soi. C’est le rapport entre les couleurs. VAN GOGH a fait avancer la question du rapport entre les couleurs en utilisant presque systématiquement les complémentaires. Si on prend un de ses tableaux, ce n’est pas le bleu qui est intéressant, c’est le bleu et le jaune, c’est le vert et le rouge. Ce que j’aime bien c’est le rapport entre elles. Je viens de la peinture. J’espère pouvoir refaire de la peinture. C’est plus agréable de peindre que de dessiner. Je ne respire pas quand je dessine. Je retiens ma respiration. Quand je peins, je peux m’exprimer avec mon corps et ma respiration et souvent avec de la couleur.
jAlbum 9